Les talents du digital en 2019 : un marché contracyclique ?

Les talents du digital en 2019 : un marché contracyclique ?

lun 07 jan 2019
Partagez :

 

Analyse de Pierre Cannet, Directeur Général de Blue Search Conseil.

 

Le marché de l’emploi est semblable à une poupée russe : il apparaît global, une poupée de taille variable selon les années mais il dissimule aussi une multitude de poupées au diamètre plus petit et qui évoluent au gré de la conjoncture des différents secteurs auxquelles elles se référent.

 

La plupart des économistes (et même des politiques) s’entendent pour prévoir une croissance « molle » en 2019 : celle des Etats Unis, très forte en 2018 (autour de 4%) puisque supérieure au taux de chômage (3,9%), devrait s’essouffler, la croissance en Europe (inférieure à 2%), déjà médiocre, devrait encore ralentir.

En France, en dépit du boost de pouvoir d’achat permis par les 11 milliards débloqués par le Président Macron, la conjoncture devrait être sensiblement morose.

 

 

Quel effet sur l’emploi ?

 

2017 a été une année stable : l’emploi global a stagné, celui des cadres s’est mieux porté (+ 19 000 emplois en 2017) : 3,4% de croissance en 2017 vs 3,6% en 2018.

On peut donc s’attendre à une année 2019 médiocre pour l’emploi avec un affaiblissement par ses deux bouts : les jeunes diplômés en mal d’insertion, les cadres seniors entre dernier emploi et retraite de plus en plus lointaine.

L’emploi des cadres lui-même devrait se montrer stable avec peut-être une résorption de certaines poches de pénurie.

Dans ce contexte émollient, nous prévoyons une vigueur persistante pour le marché de l’emploi digital.

 

Pourquoi ?

 

Parce le digital est à la fois contracyclique et cyclique ET structurellement en croissance.

La base est celle d’une transformation voire d’une substitution : le e-commerce croît d’année en année et - malgré le « web to store » - au détriment du commerce ; les nouveaux médias diffusent et monétisent leurs contenus au désavantage des ventes papier en kiosque et des publicités papier.

Le digital est également cyclique : il bénéficie de la croissance économique qui libère du pouvoir d’achat pour les ménages et de la capacité d’investissement pour les entreprises.

Il sera de notre point de vue contracyclique : on l’a constaté pendant les crises récentes, économique ou politique : lorsque les ménages ont peur pour leur portefeuille ou leur sécurité, ils achètent en ligne et profitent à plein des différentes promotions, soldes et prix cassés (cf le succès du black Friday).

 

En conséquence, les talents digitaux seront encore très recherchés au cours de l’année à venir ; le marché sera tiré vers le haut par 3 phénomènes :

  1. Un volume de créations de poste très élevé : environ 1 poste sur deux confié à Blue Search Conseil est une création d’emploi
  2. Un retard (malgré de gros efforts) de l’appareil de formation initiale pour proposer des diplômés ayant les qualifications attendues par le marché (data science, développement web,….)
  3. L’arrivée de nouveaux employeurs, recruteurs de talents digitaux dans le monde de l’edtech, de l’industrie, des FMCG, des administrations …

 

Blue Search Conseil vient d’éditer sur son site une « bible des secteurs qui recrutent » miroir de la bible des métiers : presque tous les indicateurs sont au vert pour le marché des talents digitaux !

Pour autant, il n’est pas certain que la pénurie (qui a entraîné une vive surenchère salariale en 2018) soit au diapason cette année …

Le rapport de force entre offre et demande restera très défavorable aux employeurs dans les métiers de la data, de l’UX/UI de l’informatique web et du e-CRM.

En revanche, on peut s’attendre à un rééquilibrage sur ceux du marketing et de la communication on-line.

 

Qu’en sera-t-il des niveaux de management ?

 

Nous escomptons une situation neutre sans excédent ni pénurie : les créations de poste de CDO ou de directeur du e-commerce seront rares mais certaines organisations seront modifiées pour permettre l’émergence de postes « hybrides » aux confins du marketing et du digital.

 

Marché contracyclique, talents digitaux hors normes, organisations « omnicanales » …. Le marché du digital est une poupée aux joues rebondies, une exception prometteuse sur un marché de l’emploi terne !

 

 

Sources chiffres : https://www.blogdumoderateur.com/numerique-bilan-2017-previsions-2018/